pexels-jana-kukebal-6496462.jpg

Interview accueillant familial pour personnes âgées

Josiane D.

Depuis combien de temps êtes-vous accueillant ? 
Quelle était votre profession avant de devenir accueillant ?  

J’exerce ce métier depuis maintenant 30 ans, avant j’étais agricultrice, je travaillais à la ferme.

On est des accueillants familiaux, mais c’est comme ci nous étions des petits EHPAD partout en France. Si on comptabilise toutes les familles d'accueil, ça représente une grande maison de retraite. Depuis le temps, on a créé une petite maison de retraite et tout en étant totalement diffèrent des EHPADs. On propose un service plus familier, on ne peut pas comparer.

Que pensez-vous de cette alternative aux EHPAD pour des personnes ayant perdu leur indépendance ? 

Comment vivez-vous la crise du Covid depuis les débuts avec vos pensionnaires ? 

J’en avais deux, mais elles sont parties en plein Covid, mais pas dû au Covid. Elles avaient 92 ans et 93 ans. L'une avait un problème de santé (polio) et l’autre personne était âgée.

Je n’ai personne pour le moment parce que je les ai refusées, j’avais trop peur avec cette histoire de Covid. Ce qui me fait peur, ce sont les familles quand elles viennent et qu’elles ne veulent pas se protéger. Je préfère attendre la fin de la crise.

J’en ai gardé une 8 ans dans le lit, il faut le faire! Elle était paralysée de la polio. Elle était au lit, on faisait les toilettes au lit, avec les infirmières on utilisait le soulève personne pour la manipuler et la mettre dans le fauteuil et le soir également, c'était assez compliqué.

Le métier me convient tout à fait, j’aime ce contact avec les personnes âgées. Comme des enfants petits, j’aime les « choyer ». J’aime faire des balades avec eux, les prendre par le bras, faire la cuisine avec eux. Tout simplement m’occuper d’eux. Ça m’a toujours plu ce métier.

On dit souvent que le métier d’accueillant, est un métier « passion », qu’en pensez-vous ? Qu’est ce qui vous plaît dans ce métier ? 

Quel le plus gros problème que vous pouvez, ou avez pu rencontrer dans votre métier ? 

Un des seuls problèmes que j’ai pu rencontrer dans ma carrière ce sont les personnes qui fuguaient ou les personnes violentes. J’en avais gardé 2 ou 3, mais après quelques jours je n’en voulais plus. Ils sautaient la clôture la nuit. Et un était violent. Les familles m’avaient menti au sujet leurs parents, ils me disaient qu’ils étaient calmes.

Je n'ai personne actuellement. J'attends que la crise du Covid soit terminée pour reprendre des personnes.

Combien de personnes âgées hébergez-vous ?
Quels âges ont-ils ? 
Quelles pathologies ont-ils ?  

Comment s’est passé vos premières rencontres avec vos accueillis que Famillys vous a proposé ? 

On rencontre les familles, pour discuter. Voir la personne âgée et savoir ce qu’elle a comme pathologie. Puis après ils emmènent la personne et puis après on les prend 8 jours à l’essai ou 1 mois à l’essai. Si au bout de 8 jours ou 1 mois ça ne va pas, on arrête le contrat si on voit que la personne ne correspond pas à l’accueil familial. Si tout se passe bien on part sur du définitif.

Il y en a qui sont très bien. Les deux dernières étaient sous tutelle.

Il peut y en avoir par contre où c'est compliqué, ils venaient voir leur maman  mais ils avaient des problèmes de paiement et ils s’énervaient entre eux.

Comment se passe vos relations avec les enfants des personnes âgées ? 

Pensez-vous qu’une entreprise comme Famillys qui met en relation personnes âgées et Famille d’accueil et qui fait la promotion de l’accueil familial est positif ?

Moi je trouve que c’est très bien ce nouveau service pour une famille qui souhaite trouver une Famille d'Accueil. 

pexels-jana-kukebal-6496462.jpg

"J’aime faire des balades avec eux, les prendre par les bras, faire la cuisine avec eux. Tout simplement m’occuper d’eux. Ça m’a toujours plu ce métier."