top of page
Rechercher
  • L'équipe de Famillys

Tout savoir sur la sortie d'hospitalisation


La sortie d'hospitalisation


La sortie d’hospitalisation n’est pas une étape anodine, c’est tout une organisation qui se prépare, avant, pendant et après l’hospitalisation.


Sommaire

  1. Préparer son séjour à l’hôpital.

  2. Comment se déroule une sortie d’hospitalisation

  3. Préparer sa sortie d’hospitalisation

  4. Les solutions de sorties d’hospitalisation

  5. Comment trouver une solution

  6. Les aides



1. Préparer son séjour à l’hôpital



Hopital

Recommandations : afin de préparer au mieux votre séjour à l’hôpital renseignez-vous sur Ameli, le site de l’assurance maladie. Il vous indiquera toutes les informations à suivre pour préparer votre séjour.


Choisir l’établissement de santé : choisissez un lieu qui est en lien direct avec votre médecin traitant. Vous pouvez également retrouver la liste des établissements sur le site de l’assurance maladie.


Regrouper les documents nécessaires : afin de ne pas perdre de temps, pensez à organiser tous les papiers qui vous seront demandés au bureau des administrations lors de l’enregistrement de votre dossier. Sachez aussi que vos frais de transport peuvent être pris en charge pour l’entrée et la sortie de l’hôpital.


Suspendre temporairement vos aides à domicile : Contactez les professionnels qui vous aident à domicile afin de les prévenir de votre absence pendant votre hospitalisation (service d’aide à domicile, aide à domicile, aide-ménagère, portage de repas…) Prévenez-les aussi du jour de votre retour.


Contacter l’APA : pendant votre séjour à l’hôpital le conseil départemental peut réduire le montant de l’APA ou suspendre le versement. Une suspension bien sûr temporaire qui sera effective qu’au-delà des 30 premiers jours d’hospitalisation et reprendra le premier jour du mois de votre sortie de l’hôpital. Si après votre hospitalisation vos besoins ont évolué vous pouvez faire modifier votre plan d’aide en appelant l’équipe médico-sociale APA.


Connaître vos droits pendant l’hospitalisation : Tout établissement de santé doit respecter un certain nombre de droits:

  • Le droit d’être accompagné par une personne de confiance que vous désignez : Vous avez le droit de désigner une personne de confiance qui peut être un parent, un proche ou votre médecin traitant. Tout établissement de santé doit vous le proposer. La désignation de la personne de confiance est faite par écrit et cosignée par la personne que vous avez désignée. Son nom est intégré dans votre dossier médical.

  • Le droit d'être informé sur votre état de santé : La loi dit que toute personne a le droit d’être informée sur son état de santé, avant, pendant et après les soins (par exemple sur des risques nouveaux). Il existe évidemment des exceptions à ce droit comme lorsqu’il s’agit d’une urgence, l’impossibilité de prévenir le patient ou encore lorsque vous ne souhaitez pas de votre plein gré être au courant.

  • Le droit de participer aux décisions : L’information et les préconisations ainsi fournies par le médecin qui vous prend en charge vous permettent de prendre les décisions concernant notamment votre traitement médical ou chirurgical.

  • Le droit de refuser des soins : De la même manière qu’aucun soin ne peut être entrepris sans votre information et accord préalable, votre volonté doit aussi être respectée dans le cas de votre refus de soins, même si elle met votre vie en danger.

  • Le droit à la prise en charge de la douleur : La douleur n’est pas une fatalité. L’évolution des connaissances et des techniques a apporté des moyens qui permettent aujourd’hui, pour un grand nombre de cas, de réduire dans des proportions considérables la souffrance des malades. Toute personne a droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée.

  • Le droit à la continuité des soins : Il est important que vous soyez pris en charge dans une chaîne de soins, qui ne commence ni ne s’arrête à l’hôpital. Ainsi, une « lettre de liaison » à l’entrée et à la sortie de l’établissement de santé – trait d’union entre la ville et l’hôpital - est obligatoire depuis 2017.

  • Le droit d’accéder à son dossier médical : Un dossier médical est constitué pour chaque patient admis en établissement de santé. D’une manière générale, sa durée de conservation est de 20 ans à compter de la date du dernier séjour dans l’établissement ou de la dernière consultation médicale à l’hôpital. La loi vous donne le droit d’accéder aux éléments qui doivent au moins figurer dans ce dossier. Ils sont réglementairement définis. Il s’agit par exemple : des résultats d'examen, des comptes rendus de consultation, d'intervention, d'exploration ou d'hospitalisation, des protocoles et prescriptions thérapeutiques, des correspondances entre professionnels de santé.

  • Le droit de demander l’arrêt ou la limitation des traitements en fin de vie : La loi « Leonetti » impose que la volonté de la personne en fin de vie soit respectée, y compris si elle veut arrêter le traitement qui lui est proposé.

  • Le droit d’exprimer le vécu de son hospitalisation : Vous avez la possibilité d’exprimer (sous forme anonyme si vous le souhaitez) vos appréciations directement auprès de l’établissement de santé en remplissant un questionnaire qui vous est remis avec le livret d’accueil et le résumé de la « charte de la personne hospitalisée ».

  • Le droit d’exprimer vos griefs : Vous pouvez exprimer oralement des griefs auprès des responsables des services de l’établissement (médecins et cadres de santé). Si les explications reçues ne vous satisfont pas, vous pouvez adresser une plainte ou réclamation écrite au directeur de l’établissement.

  • Le droit à la réparation des préjudices : Si vous vous estimez victime d’un dommage lié à une activité hospitalière, vous avez la possibilité de saisir la commission régionale ou interrégionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (CCI) dans le ressort de laquelle se situe l’établissement de santé.

2. Comment se déroule une sortie d’hospitalisation


Sortie d'hospitalisation

La date de sortie est déterminée par le médecin qui vous a suivi à l'hôpital. Si vous voulez aller à l'encontre de conseils médicaux, on vous demandera de suivre une procédure particulière et de signer un certificat.

Formalité de sortie : Lorsque vous recevez la facture pour le coût de votre séjour, vous devrez la payer avant votre départ de l'hôpital.

Paiement : N'oubliez pas de payer votre facture auprès de la caisse de l'hôpital "régie" avant de partir. Vous avez aussi la possibilité de payer vos soins en ligne.

Organiser la suite des soins : Votre médecin traitant devrait recevoir un compte-rendu de votre hospitalisation dans les 8 jours après votre sortie ; vous pouvez également le prévenir de votre côté. Si un traitement ou des soins sont nécessaires après votre sortie, une ordonnance vous sera remise. Si du matériel ou des médicaments sont nécessaires à domicile, essayez de vous organiser avec votre entourage pour les obtenir en temps utile.

Prévoir son mode de transport : Lorsque vous quittez l’hôpital après un séjour, votre médecin pourra éventuellement vous prescrire un transport qui sera alors remboursé, en général, à 65 % du tarif de la Sécurité sociale.


3. Préparer sa sortie d’hospitalisation


Préparer la sortie d'hospitalisation

La sortie de l’hospitalisation n’est pas la seule période délicate. Le retour à la maison peut s’avérer tout aussi compliqué pour les personnes âgées, les aidants et leurs familles. Il est donc important de bien se préparer afin de passer ce moment le plus sereinement possible.


Prévenir les dangers associés à la sortie d’hôpital d’un senior : Les allers-retours à l’hôpital concernent environ 1,5 million de seniors chaque année. Il est important de savoir pourquoi un senior de 65 ans et plus, a de plus grand risque de réadmission, afin d’anticiper et éviter les risques. Le senior et sa famille doivent alors poursuivre eux-mêmes un traitement souvent complexe et veiller à éviter les dangers. Beaucoup de séniors ont peu de connaissance dans le domaine médical et rencontrent donc des difficultés à comprendre comment suivre le traitement qu’ils doivent prendre à domicile.


Anticiper les pièges liés au retour à domicile du senior : Avant la sortie d’hôpital de votre proche âgé, n’hésitez pas à poser des questions à l’équipe médicale.


Quels médicaments votre proche doit prendre à son retour à domicile :

- quelle posologie et à quelle fréquence ?

- quelles sont les interactions possibles avec les traitements pris avant l’hospitalisation ? (même certains suppléments apparemment inoffensifs)

- quels sont les effets indésirables éventuels ?

Renseignez-vous au maximum sur la maladie de votre proche âgé et sur les risques de rechute ou signes à surveiller.


Préparer le domicile du senior : quels sont les éventuels aménagements du logement dont le senior peut avoir besoin lors de son retour à domicile, s’il est en perte d’autonomie ? (Barres d’appui, fauteuil roulant, etc.)

Prévoyez des visites de suivi à l’hôpital ou au cabinet médical approprié.


Organiser la prise en charge à domicile : Il faut organiser le retour du sénior le plus tôt possible. Si le senior besoin de soins à domicile, on pourra faire appel à des services adaptés en plus des aides financières déjà mise en place :

- Un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD), pour les pansements, piqûres et autres soins effectués par une infirmière ou une aide-soignante.

- Une hospitalisation à domicile (HAD), lorsque le médecin du service hospitalier estime que les soins médicaux peuvent se poursuivre à domicile plutôt que dans l’établissement de santé, le senior peut être pris en charge chez lui pour différents soins liés notamment à des maladies chroniques.

Il est souvent nécessaire d’avoir recours aux prestations d’un service d’aide à domicile pour assister le senior dans les gestes du quotidien qu’il ne peut pas ou plus faire à son retour de l’hôpital.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’organisme concerné ou faites-vous aider par les conseillers Cap Retraite, spécialisés dans l’orientation en maison de retraite, mais aussi dans tout ce qui concerne les aides financières pour les personnes âgées.


4. Les solutions de sorties d’hospitalisation


Famille d'accueil pour personnes âgées


Mettre en place des aides à domicile

Après une hospitalisation, les personnes âgées peuvent bénéficier d’un plan d’aide personnalisé et vivre au mieux leur convalescence. Une aide à domicile par exemple peut alors leur être attribuée pour les accompagner dans les tâches du quotidien comme le ménage, le repassage, les courses, les repas.

Les prestations possibles d’aide au retour à domicile après une hospitalisation :

- aide à domicile (ménage, linge…)

- aide aux courses

- aide aux repas

- aide à la toilette et à la prise de traitement

- transport et accompagnement lors des sorties

- visites régulières


Demander une aide au retour à domicile après hospitalisation

Le service social de l’Assurance Maladie est un interlocuteur privilégié pour faciliter le retour à domicile suite à une hospitalisation, évaluer les besoins de la personne concernée et répondre à ses questions ainsi qu’à celles de ses proches. En effet, c’est l’assurance retraite de la Sécurité sociale qui pourra proposer un dispositif d’aide au retour à domicile (ARDH). Cette assistance permet de bénéficier des services d’un auxiliaire de vie à domicile. La prise en charge est plafonnée à 1 800 €, par an et par bénéficiaire, la participation variant de 10 et 73% selon les revenus. Pour savoir si la personne peut prétendre à certaines aides pour le retour à domicile après hospitalisation, il est conseillé de contacter la Caisse de retraite avant son entrée à l’hôpital ainsi que sa mutuelle qui peut également prendre en charge une partie des frais. La demande doit être effectuée par l'assistante sociale de l’établissement de santé où séjourne la personne âgée avant la sortie d’établissement. L’aide est délivrée pour

une durée de 3 mois à compter de la date du retour à domicile mais peut être renouvelée ou prolongée en cas de nouvelle hospitalisation.


Les conditions pour bénéficier d’une aide à domicile après une hospitalisation

- être titulaire d’une retraite du régime général à titre principal

- être âgé d’au moins 55 ans

- rencontrer des difficultés liées à l’hospitalisation pour effectuer certaines tâches quotidiennes

- D’autre part, pour bénéficier de cette aide, la personne ne doit pas percevoir ou être éligible à la prestation spécifique dépendance (PSD), l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP), la prestation de compensation du handicap (PCH) ou la majoration pour tierce personne (MTP).


Faire un séjour dans un établissement de soins de suite et de réadaptation

Si des soins sont nécessaires pour vous permettre de rester ou retourner dans votre lieu de vie, il est possible d'être hospitalisé en soins de suite et de réadaptation. L'admission dans ce type d'établissement se fait sur prescription médicale et vise à prévenir ou réduire vos limitations de capacité.

Les différents types de soins sont proposés :

- la rééducation pour vous aider à recouvrer vos moyens physiques, cognitifs et psychologiques.

- La réadaptation pour vous accompagner dans vos nouvelles capacités si elles sont limitées.

- La réinsertion dans votre environnement familial et social dans le cadre de votre projet de vie.


Faire un séjour dans un établissement d'hébergement temporaire

Pour se rétablir et reprendre des forces avant de revenir à la maison, il est possible de faire un séjour en hébergement temporaire. L’admission dans un établissement qui propose de l’hébergement temporaire se fait après étude du dossier de demande d’admission par l’équipe de l’établissement. Il est possible d’être hébergé temporairement dans un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou bien dans d’autres types d’établissements non médicalisés.


L’Ehpad

La durée maximale de l’hébergement temporaire en Ehpad est de 90 jours. Pour un séjour de durée moyenne, la personne âgée bénéficie des mêmes services que les résidents permanents : logement, restauration, nettoyage du linge, animations, prise en charge des dépendances médicales de la personne âgée.

Le tarif d’un ehpad : il est calculé au prorata de la durée de l’accueil. En Ehpad, il comprend : les tarifs hébergement, la dépendance et les soins.

En général, pour un séjour temporaire, le tarif journalier de base est légèrement majoré.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’hébergement temporaire en Ehpad nous vous invitons à consulter cet article de blog sur le site internet de Papybnb: Hébergement temporaire en EHPAD (papybnb.com)

La Famille d’accueil pour personnes âgées

L’accueilli est totalement intégré à la structure familiale de l’accueillant et participe au quotidien de la famille. Ces familles d'accueil pour personnes âgées accueillent chez elles jusqu'à 3 personnes âgées au maximum afin que cela reste à taille humaine et qu'elles aient le temps de répondre aux besoins de chacun de leurs accueillis. Les familles d'accueil accompagnent les accueillis dans tous les gestes de la vie quotidienne : toilette, ménage, préparation des repas, lever, coucher... Les familles d'accueil pour personnes âgées sont assistées pour cela par des infirmiers et des kinés qui passent chez elles.


Le tarif d’un hébergement en famille d’accueil pour personnes âgées : La solution de l’Accueil Familial a l’avantage d’être moins onéreuse que les établissements médicalisés comme les Ehpad.

Dans le cas de l'accueil temporaire, le reste à charge final dépendra du nombre de jours passés par la personne âgée dans la famille d'accueil.

En accueil permanent, le reste à charge en Famille d’Accueil est en moyenne de 1200 euros par mois. Ramené à la journée cela revient donc à environ 50 euros par jour une fois les aides déduites. Mais pour l'accueil temporaire le calcul est un peu différent car les aides mobilisables sont différentes et le coût en accueil temporaire est finalement encore plus bas.


5. Comment trouver une solution


Chambre d'hopital


Tout ce processus demande une grande organisation et il est parfois compliqué de s’y retrouver. C'est pourquoi la plateforme Papybnb à été créée. Ici nous vous aidons à trouver la meilleure solution et surtout la plus adaptée à votre besoin. Vous recherchez un hébergement temporaire pour votre proche nous vous proposons une liste de logement disponible près de chez vous que ce soit en Ehpad, en résidence séniors, en famille d’accueil ou chez un particulier.

Notre objectif final est de centraliser en un seul et même endroit l’ensemble des solutions d’hébergement temporaire pour personnes âgées dépendantes et de faciliter le parcours des aidants familiaux qui ont souvent du mal à trouver un hébergement temporaire quand ils ont besoin de souffler.



6. Récapitulatif des aides


Les aides pour le retour d'hospitalisation

Le Droit au répit : Depuis la loi ASV, la prise en considération des aidants familiaux est devenue primordiale, car cela demande de l’énergie et du temps pour les proches aidants que de s'occuper d'un proche dépendant. C’est pourquoi il est possible de bénéficier d’aide pour les prestations suivantes :

- L’accueil de la personne âgée dans un accueil de jour ou de nuit

- Un hébergement temporaire en établissement ou en accueil familial

- Un relais à domicile

Afin de bénéficier de ces prestations, il faut que :

- La personne âgée ou handicapée bénéficie de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie)

- L'aidant assure une présence ou une aide indispensable à la vie à domicile de leur proche

- L'aidant ne peut être remplacé pour assurer cette aide par une autre personne de l’entourage

L’aide s’élève dans la limite de à 509.76€ par an.

Ce montant peut permettre au proche aidant, de financer un accueil temporaire, de jour ou de nuit, dans une famille d’accueil ou un établissement afin de prendre du repos.


L’APA : L'APA est une aide allouée aux personnes âgées dépendantes. Cette aide peut être utilisée pour des aides à domicile mais aussi pour un aménagement temporaire en Ehpad, en résidence senior ou en famille d'accueil.

L'APA est calculé en fonction des revenus de la personne âgée et de son degré d'autonomie. Le degré d'autonomie est statué par les services sociaux qui utilisent la grille Aggir. Il faut avoir un GIR compris entre 1 et 4 afin de pouvoir bénéficier de l'APA


Crédits d'impôts : Les personnes âgées peuvent aussi bénéficier d’un crédit d’impôt à 50% sur la partie salaire de la famille d'accueil pour personnes âgées dans une limite de 500 euros par mois.

Ce crédit d'impôt est universel, ce qui signifie que cette aide est sans conditions de ressources ou d'autonomie. Si la personne n'est pas imposable, alors la somme lui est reversée sur son compte en banque.

APL : Les personnes à petits revenus peuvent aussi faire une demande d'APL afin de les aider à payer la partie loyer de l'Ehpad, de la résidence senior ou de la famille d'accueil.


Conclusion

Il est important de bien se renseigner et préparer son séjour avant d’arriver à l’hôpital et de s’assurer que lors de la sortie de la personne âgée tout soit déjà près afin qu'elle puisse se rétablir et vivre dans les meilleures conditions, dans un lieu approprié avec les aides dont elle a besoins.


0 commentaire
bottom of page