Rechercher
  • L'équipe de Famillys

La Vaccination chez les personnes agées

Mis à jour : mars 18



Vaccination des personnes âgées

La vaccination ? Sujet important pour nos aînés considérés comme une population vulnérable face au virus.

La crise sanitaire continue sa progression, semaines après semaines, nous sommes en perpétuelle recherche d’informations concernant l’avancée de la vaccination.

Depuis le 18 janvier 2021, la campagne de vaccination est ouverte aux personnes âgées de plus de 75 ans.

A ce jour, plus de 3.1 millions d’injections de premières doses ont été réalisées depuis le début de la campagne de vaccination (4.68 % des Français ont reçu la première dose) , plus de 1.7 millions de secondes doses ont également été injectées (2.55 % des Français ont reçu les deux doses nécessaires).

Pour plus de chiffres concernant la campagne de vaccination : covidtracker.fr



Dans cet article, nous allons répondre à plusieurs questions :


Quels vaccins pour les plus de 75 ans ?

Si vous avez plus de 65 ans ?

Si vous avez entre 50 et 64 ans ?

Quel est le délai entre les deux injections de doses ?

Quels sont les effets secondaires ?

Le consentement de nos aînés ?

Où peut-on se faire vacciner ?

Pourquoi se faire vacciner contre un virus qui mute en permanence ?

Numéro d’information du gouvernement

Sources d’informations



Quels vaccins pour les plus de 75 ans ?


Actuellement, l’Agence européenne des médicaments a autorisé la mise en circulation de 3 vaccins :

  • Pfizer-BioNTech

  • Moderna

  • AstraZeneca


Les personnes âgées de plus de 75 ans recevront les vaccins Pfizer ou Moderna. Aujourd’hui, plus de 1.6 millions des plus de 75 ans ont reçu leur première dose et plus de 770 000 ont reçu les deux doses. Le vaccin le plus administré est celui de Pfizer-BioNTech qui comprend plus de 2.6 millions de doses cumulées tout âge confondu alors que pour Moderna nous en sommes à plus de 160000 doses.


Depuis début mars, suite à une étude écossaise ayant des résultats très satisfaisants concernant la vaccination des plus de 65 ans (risque d’hospitalisation réduit de 85% pour les 18 – 64 ans et 81% pour les plus de 80 ans), la Haute Autorité de Santé à préciser lors de son communiqué du 2 mars que le vaccin AstraZeneca peut être administré aux personnes âgées 50 à 74 ans atteints de comorbidités, à annoncer Olivier Veran. Il sera possible de se faire vacciner directement auprès de votre médecin, dans l’hôpital qui les suit lorsqu'ils ont une maladie chronique et dans quelques jours en pharmacie.


D’autres vaccins sont attendus pour le mois de mai après validation de l’Agence européenne des médicaments, il s’agit de :

  • Janssen ( Johnson & Johnson)

  • CureVac


Si vous avez plus de 65 ans ?


Il n’est pas encore possible de se faire vacciner si vous ne présentez aucune comorbidité énoncée ci-dessous. Comme l’a indiqué notre ministre de la Santé Olivier Veran, les vaccins à disposition sont réservés aux personnes âgées de plus de 75 ans.


Si vous avez entre 50 et 64 ans ?


La campagne de vaccination pour la tranche d’âge de 50 à 64 ans a commencé le 25 février pour ceux atteints de comorbidités. Les personnes âgées de moins de 65 ans recevront le vaccin d’AstraZeneca.


Quelles sont les comorbidités ? :


  • Obésité (IMC >30) ;

  • BPCO et insuffisance respiratoire ;

  • Hypertension artérielle compliquée ;

  • Insuffisance cardiaque ;

  • Diabète de type 1 ou 2 ;

  • Insuffisance rénale chronique ;

  • Cancers et maladies hématologiques malignes actifs et de moins de 3 ans ;

  • Transplantation d'organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;

  • Trisomie 21.

Quel est le délai entre les deux injections de doses ?


Pour le vaccin Pfizer-BioNTech, il est conseillé d’espacer les deux doses de 3 à 4 semaines.



Moderna, il est aussi administré en deux doses. Le laboratoire recommande un délai de 28 jours après la première injection.



Enfin, pour le vaccin AstraZeneca, la deuxième dose doit être administrée entre 4 et 12 semaines après la première.




Quels sont les effets secondaires ?


Comme tous les vaccins, certains effets secondaires sont à constater après l’administration d’un des vaccins autorisés en France. D’après l’agence du médicament (ANSM), la majorité des effets secondaires ne sont pas graves.

Les réactions fréquentes observées lors des premiers jours après l’injection sont des maux de tête, ou une forte fatigue. Mais également, pour le vaccin AstraZeneca il peut y avoir une forte douleur sur la zone de l’injection, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires, sensation générale de malaise, des frissons, de la fièvre, de la nausée et des douleurs articulaires.

Dans la plupart des effets secondaires constatés auprès de la population, ce sont des syndromes pseudo-grippaux de forte intensité qui disparaissent après quelques jours (selon les personnes).

Comment recueille-t-on le consentement de notre parent ?


Consentement d'une personne agée

On ne peut pas imaginer de vacciner notre parent sans son consentement, c’est pourquoi il faut prendre quelques précautions selon ses capacités décisionnelles et la présence potentielle de troubles cognitifs qui seront établis par un médecin.

Le consentement du patient est un pilier du Code de déontologie médicale, peu importe le degré de lucidité, il doit être recherché dans tous les cas selon l’article 36.

Article 36 (article R.4127-36 du code de la santé publique)


« Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas.

Lorsque le malade, en état d'exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposés, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences.

Si le malade est hors d'état d'exprimer sa volonté, le médecin ne peut intervenir sans que la personne de confiance, à défaut, la famille ou un de ses proches ait été prévenu et informé, sauf urgence ou impossibilité. »



L’Académie nationale de médecine recommande :


Si le degré de lucidité est jugé compatible avec la compréhension de l’offre vaccinale :


  • Un dialogue doit être établi avec la personne, il est conseillé d’utiliser des termes simples et adaptés selon la personne ;

  • La réponse à la demande de consentement doit être mentionnée dans le dossier médical de chaque personne ;

  • Diffuser une information complète sur les vaccins disponibles et sur le mode d’administration auprès des établissements accueillants.

Si le degré de lucidité n’est pas jugé compatible avec la compréhension de l’offre vaccinale :


  • La décision peut être prise après consultation par le représentant légal, une personne de confiance désignée, ou bien d’une personne de sa famille ou à défaut un de ses proches ;

  • Effectuer une recherche pour tenter de connaître la volonté de la personne sur la vaccination

  • Rechercher dans le dossier médical tous les éléments médicaux et relationnels concernant l’acceptation ou le refus des vaccinations.

Si vous souhaitez plus d'informations : Académie Nationale de Médecine

Pourquoi se faire vacciner contre un virus qui mute en permanence ?


Crise sanitaire mondiale

A ce jour, plusieurs variants sont présents dans la métropole. Il existe les variants anglais, sud-africains et brésilien. Tous ces variants se transmettent beaucoup plus facilement que le virus historique. Il faut savoir que les vaccins déjà en circulation ont une certaine efficacité, mais elle n’est pas totale.

Selon le site du gouvernement, solidarité-santé.gouv.fr, il y a très peu de risques que le vaccin soit moins efficace pour le variant anglais. Mais cela ne veut bien évidemment pas dire une absence totale de risques. De nombreuses études sont menées à travers le globe afin de certifier l’efficacité ou non des vaccins face à ce variant.

Selon ce même site, plusieurs indications permettraient de démontrer que le variant sud-africain serait moins accepté par les vaccins. Cependant, une dernière étude publiée le lundi 8 février par Pfizer BioNtech, assure que leur vaccin serait efficace contre plusieurs variants ( anglais, sud-africains ) actuellement en circulation.

Enfin, un nouveau variant est apparu récemment, le variant brésilien. Malheureusement, il n’y a actuellement pas d’études démontrant l’efficacité des vaccins en circulation sur ce variant.


Où peut-on se faire vacciner ?


Vous pouvez prendre rendez-vous depuis le 15 janvier par téléphone au numéro national 0 800 009 110, ou en appelant le centre de vaccination près de chez vous (1200 en France) ou par internet.


Les sites importants pour prendre rendez-vous :



Depuis le jeudi 25 février, il est possible de se faire vacciner par votre médecin généraliste. Cette nouvelle étape dans le processus de vaccination de la population se développera de façon progressive, comme à chaque fois. Le seul vaccin mis à leur disposition est celui d’Astrazeneca.


Il y a environ 2 millions de Français âgés de 50 à 64 ans souffrant de comorbidité qui sont potentiellement concernés par cette nouvelle étape. La logistique de transport des vaccins demande énormément d’organisation depuis le début de l’année.


Dans un premier temps les 29 000 volontaires médecins vaccinateurs vont recevoir un seul flacon chacun, cela correspond à 10 doses. C’est pourquoi, les médecins devront identifier parmi leurs patients ceux qui sont les plus à risque.

Très prochainement, il sera possible aux pharmaciens, sages-femmes, infirmier(e)s d’administrer le vaccin à la population sur prescription médicale.




Numéros d’information du gouvernement


· Numéro vert répond aux questions sur le nouveau coronavirus :

0 800 130 000

· Ou envoyer un message sur Whatsapp avec le numéro 07 55 53 12 12 (compte officiel du gouvernement)

· Si vous présentez des symptômes pouvant faire penser au coronavirus (toux, fièvre, perte de goût et d’odorat…)

116 117 (7j/7, 24h/24) ou votre médecin traitant

Si vos symptômes s’aggravent (détresse respiratoire et signes d’étouffement) : 15


  • Accompagnement psychologique :

Si vous ressentez de l’angoisse, tristesse, isolement, épuisement ou toutes autres situations qui nécessite un accompagnement psychologique : 0 800 130 000 (7j/7, 24h/24)


  • Pour venir en aide aux parents en difficulté

Écoute parentalité par l’Ecole des Parents et Educateurs (EPE76, EPE14 et UREPE Normandie) : 0 805 382 300 du lundi au dimanche de 9H30 à 12H30 et de 13H30 à 22H et www.epe76.org. Appels anonymes


  • Pour lutter contre les violences

Femmes victimes de violences conjugales et intrafamiliales : 39 19

Ecoute et aide aux enfants (jusqu’à 21 ans) : le 119 gratuit, accessible depuis tous les téléphones, 24h sur 24 tous les jours de l'année


SOURCES


Pour l’écriture de cet article, j’ai récupéré mes informations sur différents sites, dont la plupart proviennent du gouvernement ou sites officiels :


  • Vaccination contre la Covid-19 des personnes âgées et vulnérables (Agence Régionale de la Santé

  • Foire aux questions (Ministère des solidarités et de la santé)

  • Vaccins (gouvernement.fr)

  • Questions/réponses : la vaccination contre la Covid-19 en pratique (Ameli.fr)

  • Lieux de vaccination Covid-19 (santé.fr)

  • Quel consentement à la vaccination contre la Covid-19 pour les personnes âgées résidant en établissements ? (Académie Nationale de médecine)

  • Article 36 - Consentement du patient (Conseil national de l’Ordre des médecins)

  • Covid Tracker


31 vues0 commentaire