Rechercher
  • L'équipe de Famillys

Dépression chez les personnes âgées


Sommaire


La dépression est fréquente chez les personnes âgées. Pourtant elle est rarement diagnostiquée et rarement traitée.

Comment peut-on repérer une personne âgée qui fait de la dépression? Quels sont les traitements appropriés pour traiter une dépression?

Pourquoi les personnes âgées sont particulièrement touchés par la dépression?

Vieillir est un processus qui implique de subir des pertes successives : perte de proches, perte de son autonomie, perte de sa maison lorsqu'une entrée en établissement a lieu...

Ces pertes peuvent favoriser l'apparition d’une dépression.

Pourtant, la dépression est globalement rarement diagnostiquée et rarement traitée chez les personnes âgées qui en souffrent.

Plusieurs raisons expliquent cela :

  • on considère souvent qu'il est normal pour une personne âgée d'être triste;

  • on peut confondre la dépression avec d'autres maladies ou elle peut se fondre avec d'autres maladies ;

  • parfois il est compliqué de bien voir et comprendre cette maladie.

Il est cependant primordial de bien traiter cette maladie car les conséquences peuvent être importantes: dégradation de la qualité de vie, perte supplémentaire d'autonomie, et risque suicidaire (les personnes âgées de plus de 65 ans représentent la tranche la population avec le taux de suicide le plus important).

Quels sont les facteurs de risque ?

Les principaux facteurs de risque de dépression chez les personnes âgées sont les suivants :

  • les antécédents de dépression,

  • les femmes sont plus touchées que les hommes,

  • avoir des pathologies chroniques en particulier cardiovasculaires et neurologiques,

  • avoir vécu des événements de vie stressants, notamment un deuil,

  • avoir un faible statut socioéconomique,

  • être isolé.

Comment repérer la dépression chez les personnes âgées ?[Retour au sommaire]

Les signes qui peuvent alerter et amener à consulter sont les suivants :

  • une fatigue marquée ou durable,

  • les plaintes autour de la perte de la mémoire,

  • un sentiment d’isolement,

  • la douleur physique,

  • la perte de poids,

  • des symptômes médicaux multiples inexpliqués,

  • le refus de s’alimenter ou de prendre les médicaments,

  • la personne se néglige,

  • l'utilisation récente ou accrue de benzodiazépines ou d’alcool.

Des formes masquées spécifiques à la dépression des personnes âgées peuvent également exister. Elles se caractérisent notamment par :

  • une absence de tristesse,

  • un déni des sentiments de dépression,

  • de l’hostilité et de l’irritabilité,

  • et/ou des conduites régressives.


Comment se passe le diagnostic ?

Il existe une mini-GDS, comportant 4 questions auxquelles le patient doit répondre en se resituant dans les jours qui précèdent, au mieux dans la semaine écoulée, et non pas dans une période plus reculée ou uniquement dans l’instant présent. 1. Vous sentez-vous souvent découragé(e) et triste ? 2. Avez-vous le sentiment que votre vie est vide ? 3. Êtes-vous heureux(se) la plupart du temps ? 4. Avez-vous l’impression que votre situation est désespérée ? Si le patient répond oui aux questions, 1, 2 ou 4 ou non à la question 3, il existe une très forte suspicion de dépression. S’il a répondu non aux questions 1, 2 ou 4 ou oui à la question 3, il existe une très forte probabilité d’absence de dépression. Cet outil d’évaluation peut être utilisé par le médecin traitant. Dès lors qu’un test de dépistage est positif, le diagnostic doit être confirmé par un entretien auprès d’un psychiatre afin de pouvoir confirmer le diagnostic et débuter une prise en charge et un suivi thérapeutique adaptés.

Quels traitements ?

Tout comme chez les personnes plus jeunes, le traitement antidépresseur est indiqué en cas de dépression. La prescription doit cependant tenir compte des spécificités liées à l’âge :

  • la présence d’autres maladies (comorbidité),

  • la polymédication (prise de nombreux médicaments),

  • la fragilité de la personne.

Les approches non médicamenteuses doivent également être systématiquement envisagées dans la prise en charge de la dépression des personnes âgées, en particulier une prise en charge psychologique adaptée.

Une bonne hygiène de vie est essentielle, qu’il s’agisse d’une alimentation équilibrée, d’une consommation d’alcool qui doit rester modérée, du maintien d’une activité physique ou encore d’un sommeil préservé.

La correction des problèmes auditifs et visuels est également fondamentale car ils ont un impact négatif sur la qualité de vie et peuvent entraîner perte d’autonomie et repli sur soi. Enfin, la participation à des activités de groupe organisées dans un but thérapeutique d'amélioration ou de restauration des communications interpersonnelles est recommandée. Ces différentes approches ont pour but de lutter contre les affects dépressifs. Elles permettent également d’améliorer les capacités cognitives, l’autonomie, les liens sociaux des personnes et, au final, leur qualité de vie.

Quel type d'hébergement?


Des personnes âgées qui souffrent de dépression peuvent emménager en famille d'accueil pour personnes âgées afin de lutter contre l'isolement. En faisant une demande d'APA, le département évaluera le niveau d'autonomie de la personne âgée en utilisant la grille Aggir. Si la personne âgée est évaluée dépendante alors l'APA lui permettra de réduire le prix d'une famille d'accueil pour personnes âgées.


Dépression des personnes âgées

0 commentaire

Posts similaires

Voir tout