pexels-jana-kukebal-6496462.jpg

Témoignage Famille d'accueil pour personnes âgées

Catherine B.

Depuis combien de temps êtes-vous accueillant ? 
Quelle était votre profession avant de devenir accueillant ?  

J’ai commencé il y a 5 ans et je suis sur un renouvellement donc ça va faire 7 ans maintenant.

Avant j’étais aide-soignante à domicile, uniquement pour les personnes âgées.

Pour moi je trouve que c’est bien, vous voyez des personnes qui ne veulent pas aller dans des EHPADs. Je trouve que c’est bien d’avoir cette alternative qui a été mise en place. On est moins nombreux, on passe plus de temps avec les personnes âgées. On se consacre beaucoup plus à eux, au niveau de tout, un service plus personnalisé alors que dans les EHPADs on a beaucoup moins de temps.

Ils en parlent plus, j’ai vu sur TF1 des reportages sur les FA. Ils ont fait des interviews, ça commence à se développer.

Que pensez-vous de cette alternative aux EHPAD pour des personnes ayant perdu leur indépendance ? 

Le matin c’est la toilette pour les deux. C’est moi qui la fais. Après c’est petit déjeuner, ils écoutent la radio, j’ai un monsieur qui marche très très bien et la dame moins bien. Ils regardent la télé, elle lit le journal, y a un peu de repos l’après-midi. Le monsieur adore sortir, c’est un ancien agriculteur donc comme j’habite à la campagne il adore marché dans la nature, il va faire son petit tour après il regarde question pour un champion, ils ont leur routine.

Pouvez-vous me raconter une journée type avec vos pensionnaires ? 

Quelles activités proposez-vous à vos accueillis ? 

La dame m’aide à peler les légumes, mais le monsieur va plutôt voir mon jardin ou faire de la mécanique. Lui ça ne l’intéresse pas trop, il préfère être à l’extérieur. Là on a fait un gâteau avec la dame, elle est contente.

Puis le soir rebelote, le repas et le couché.

Ils aiment bien discuter de leurs passés respectifs. Je ne prends pas les grosses pathologies, comme maladie d’Alzheimer, je n’ai pas eu l’occasion de travailler avec des handicapés malgré que j’ai l’agrément, mais je n’ai pas trouvé. Je peux accueillir 2 personnes max, je suis au complet. 

Moi ça ne me change rien, de toute manière nous sommes 24h sur 24 à la maison à part pour faire les courses. Et moi je gère avec mon mari, donc si moi je ne vais pas faire les courses c’est lui qui y va. On reçoit quand même les familles, en prenant bien sûr toutes les précautions possibles, car les personnes âgées en ont besoin. Donc nous ça ne nous change rien, les Familles d'accueil ne bougent pas à part si elles veulent partir en vacances, mais là ce n’est pas le moment depuis 1 an. On reçoit quand même ses amies qui viennent voir la dame et le monsieur reçoit également ses filles avec le même protocole (lavage de mains, masque, etc.). Ça ne nous change pas réellement le quotidien, de toute manière on est obligé de faire avec, et on s’adapte.

Sachant que le 1er confinement, on a reçu personne à la maison pour les protéger au maximum. On téléphonait. Ça repart tranquillement, on a évité qu’ils soient contaminés. Je touche du bois tout se passe bien actuellement. Pour les visites c’est une voire deux personnes maximum. Mais ils continuent à voir leurs familles et leurs amis.

Comment vivez-vous la crise du Covid depuis les débuts avec vos pensionnaires ? 

On dit souvent que le métier d’accueillant, est un métier « passion », qu’en pensez-vous ? Qu’est ce qui vous plaît dans ce métier ? 

C’est exact, il faut aimer les personnes âgées. Je trouve que c’est vrai, moi j’ai toujours aimé travailler pour les personnes âgées donc moi ça me plaît. Je travaillais comme aide à domicile, comme j’ai eu quelques problèmes de santé je devais ralentir un peu, donc j’ai décidé de devenir Famille d'Accueil tout en restant près des personnes âgées et j’ai également un agrément pour les personnes handicapés.

Les rencontres se passent très bien, jusqu’à présent ça a été très bien. La personne que je vais accueillir elle sera très bien ici. Des fois les familles sont un peu tatillon sur certains points, c’est plus les familles, mais pas la personne en elle-même. Après ils ne nous connaissent pas c’est normal, mais ça se passe toujours bien.

Comment s’est passé vos premières rencontres avec vos accueillis que Famillys vous a proposé ?  

Quel le plus gros problème que vous pouvez, ou avez pu rencontrer dans votre métier ? 

Aucun problème !

Très bien, pour le moment je n’ai jamais eu aucun souci. Je suis toujours en contact avec certaines familles après le décès de leur proche. Ils prennent de mes nouvelles 2 à 3 fois par an. On est toujours en contact, donc ça se passait très très bien.

J’ai eu 5 personnes depuis le début.

Comment se passe vos relations avec les enfants des personnes âgées ? 

Pensez-vous qu’une entreprise comme Famillys qui met en relation personnes âgées et Famille d’accueil et qui fait la promotion de l’accueil familial est positif ?

Je trouve ça génial, parce que moi j’ai eu des décès en mai 2019 et je n’ai pas trouvé jusqu’en janvier 2020 donc je n’avais plus de travail et c’était très difficile à trouver. Heureusement que j’ai des collègues, entre nous on s’envoie les noms des personnes qui téléphonent, heureusement j’ai des collègues qui ont pensé à moi et qui m’ont envoyé des personnes. On s’entraide. 

La plupart du temps c’est entre collègues qu’on trouve les personnes, du bouche-à-oreille.

Combien de personnes âgées hébergez-vous ?
Quels âges ont-ils ? 
Quelles pathologies ont-ils ?  

J’ai actuellement 2 personnes âgées chez moi, 85 et 80 ans. Pas de pathologies particulières pour elles, les familles ont décidé de choisir des familles d’accueil et puis eux aussi. C’est quand même important de leur demander aussi leurs avis. Ils ont eu une perte de dépendance, vous savez qu’à un certain âge on ne peut plus rester seul chez soit. Il y a pas mal de personnes qui ne connaissent pas ce système. Est-ce que vous préférez vous retrouvez 2 ou 3 en Famille d'Accueil ou bien dans un EHPAD ? Ils ont préféré l'accueil familial. Car on est moins nombreux, qu’on s’occupe bien d’eux, être là, à l’écoute.

pexels-jana-kukebal-6496462.jpg

"On est moins nombreux, on passe plus de temps avec les personnes âgées. On se consacre beaucoup plus à eux, au niveau de tout, un service plus personnalisé"